Locaux de la Crypte Onyte, Clan sous l'ère de Djaul. Notre Antre se situe en [2,-19] pour nous rencontrer
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Les posteurs les plus actifs du mois
Derniers sujets
» Mots à la Suite
par Bolenthir Ven 17 Avr - 21:49

» L'exécution : Talulah Alesia.
par Talulah Dim 7 Sep - 0:27

» Necromia, la sournoise.
par Flipo Mar 2 Sep - 6:58

» La Crypte aux Screens
par Eru-Eita Dim 31 Aoû - 2:29

» Eri-Tage
par Eri-Tage Sam 30 Aoû - 10:04


Partagez | 
 

 Les légendes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chaton

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 15/06/2014

MessageSujet: Les légendes   Ven 4 Juil - 20:40

Spoiler:
 


Citation :
Le Bâton de la Destinée

Dans des temps oubliés, alors que les disciple d'Eniripsa n'en étaient qu'à leurs premiers balbutiements, un artéfact fit surface. Son origine était inconnue, mais son pouvoir était grand. Il permettait aux mages les plus puissants d’atteindre les sommets inégalés et imprévus, même de la part d’Eniripsa.

Alors que la convoitise dévorait les plus envieux, la sagesse gardait les plus malins de ses pouvoirs enivrants. Le Bâton de la Destinée, c’est ainsi qu’il fut nommé, passait de mains en mains, corrompant les plus forts d’entres les Eniripsa, tous rongés par le désire d’obtenir la puissance des Cieux. Seulement, alors que la plupart des Mages cherchaient comment se le procurer, il en est un qui se fit plus intelligent. Suivant les valeurs d’Eniripsa, il posa chaque geste et se demande alors mille questions. D’où venait-il et comment était-il atterrit dans les mains de son peuple alors que même sa déesse ne connaissait pas son existence.

Il dut faire de nombreuses recherches. Mais, il obtint récompense pour la ténacité d’on il avait fait preuve. Eniripsa lui partagea un secret bien gardé, qu’il faut maintenant déterré.

Le Bâton de la Destinée avait une longue histoire et plusieurs morts sur son chemin. Il était un Bâton ne provenant pas des Dieux, ni d'Eniripsa, ni de ses homologues. Il provenait de leur ennemi commun, les Démons. Un Bâton puissant, puisant à même la magie et outre passant les Dieux.

Lorsque Eniripsa comprit l’aberration qui détruisait son peuple, elle fit disparaitre le Sceptre. Elle chargea un de ses disciples de cette mission et lui donna pour se faire 3 pierres d’Énergie, une pour chaque Vertu principale. Il amènerait le Bâton de la Destinée loin dans le Désert d’Hélion ou de sa vie il le protégerait. En son cœur il le scellerait. Et la Pierre divine serait la gardienne éternelle de ce Bâton.

Seulement, l’histoire ne s’arrête malheureusement pas la.

Alors que l'eniripsa arrivait au lieu que sa déesse lui avait indiqué, elle fut attaquer un groupe organisé, des Shushus, des disciples de Rushu. Ils le tuèrent et lui volèrent l’objet qu’il se devait de protéger.

Alors que les hommes étaient déjà loin, l’intervention divine d’Eniripsa sauva le pauvre. Elle donna à son âme un hôte, évitant ainsi la mort. Afin qu’il puisse accomplir sa mission, Eniripsa utilisa le sable du Désert afin de lui donner un corps pour qu’il retrouve le Bâton et qu’il le scelle à jamais dans les Pierres d’Énergie.

Ainsi erre Élénariel, Gardien Divin. Pris entre deux mondes, prisonnier du destin et à la recherche de ce qui lui redonnera le repos éternel, le Bâton de la Destinée.

Quant aux Bâton de la Destinée, il est disparut de l’Histoire depuis ce temps, selon les consignes des dieux, pour protéger son peuple des Sushus et d’Eux-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaton

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Les légendes   Mar 15 Juil - 3:18

Citation :

Fumée fumée, châtie moi.



On raconte qu'il y a quelques centaines d'années un homme ne mourrait pas.
Chaque fois qu'il devait mourir, la chance le sauvait et il laissait derrière lui une fumée noire.
Noire, noire, vraiment très sombre. Plus sombre que la poudre des roublard.

On tentait de lui planter une dague dans le cœur, il disparaissait..
On l'étouffait pas derrière, il devenait fumée...
On l'empoisonnait, ça ne faisait rien...

Il était seul.
Très seul.
Tellement seul qu'un jour il tenta de mettre fin à sa vie.
Il n'y arriva pas.


Un soir dans un bar il sauta de joie, lui qui était normalement monotone et triste. Il hurla : J'AI COMPRIT !
Et le lendemain on découvrit le corps de l'homme, pendu.
On raconte qu'un objet lui avait donné un tel don et qu'il l'aurait caché, loin, hors de la vue des vivants.

Mais attention, la légende ne s'arrête pas là.
L'homme avait laissé une note sur le sol, devant lui avant de se pendre.
Certe le temps à peu être modifié un peu la légende, puisqu'elle ne fut jamais écrite.

Donc voici ce qu'on croit que la lettre disait :


Celui qui voudra de ma malédiction, devra d'abord découvrir le côté le plus sombre de lui même, le dresser. Et finalement perdre le combat. Il trouvera enfin ce qui le martyrise et alors. Il saura chanter comme le font les morts. Il sifflera de son instrument la musique noire des coeurs oubliés, emplis d'encres et abandonnés.

Puis il y avait trois lettre.

M E D


-Meeow, amuseur de la Caravane


Dernière édition par Aspy le Dim 20 Juil - 1:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chaton

avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 15/06/2014

MessageSujet: Re: Les légendes   Dim 20 Juil - 1:49

Citation :

Le vieux loup de mer

Bon.. c'est l'histoire d'un homme sans nom.

Il en a surement eu un, mais la légende n'ayant été transmise que par la parole, il fut oublié. L'homme était né dans une famille bourge, près du roy. Dès son plus jeune âge, il refusa de manger tout ce qui était solide!

Il n'acceptait que de l'eau, des breuvages et quand il allait mal : quelques fruits de mer très petits et gorgés d'eau. Évidemment, ce n'est pas un régime digne d'un jeune homme ! Mais ces parents fléchissaient et l'écoutait.

Chaque fois...
Jusqu'à ce qu'il tombe violamment malade.
Même malade, il refusa de manger du bouftou ou du pain. Et n'accepta au final, que des aliments venant de la mer.

Finalement, il guérissait puis tout recommençait.
Lorsqu'il fut suffisamment vieux et que ses parents moururent.. Il vendit toutes les propriétés.
Il s’acheta un navire qu'il pourrait conduire seul mais qui irait à la vitesse du vent !
Il passait des semaines à voyagé sur mer, et les quelques nuits qu'il passait sur terre, il racontait une histoire dans la taverne. Il disait qu'il cherchait une créature mi-homme mi-poisson. Qu'il aurait vu dans ses rêves. Cette créature serait d'une beauté incomparable et sa rencontre rendait l'âme heureuse pour l'éternité.

Le temps passa, et l'homme devint un vieux loup de mer, vers qui on allait pour se faire raconter des histoires, ou pour savoir quel temps il ferait le lendemain. Puis un jour, l'homme arrêta de naviguer. Il resta à terre, trop vieux pour faire voguer son bateau. Plusieurs jeunes marins vinrent le voir, pour achetter son navire à prix d'or ! Car il faut dire qu'il était en parfait état, même après toutes ces années.

Chaque fois il refusa.

Un jour, lorsque tous croyaient que l'homme allait mourir sur un banc, près des côtes, une mort paisible pour un vieux loup de mer. Il commença à préparer son navire. À tout ceux qui lui demandèrent, il répondit qu'il préparait son dernier voyage. Il prit avec lui un jeune homme. L'enfant avait à peine une quinzaine d'année, mais il affirmait savoir manier le navire. Le vieil homme le mit à l'épreuve, et ils partirent du port un soir de tempête.

Ils sortirent du port en vie.

Le reste de l'histoire ne fut confirmé que par le gamin, qui a l'époque disait avoir tout vu.
Il raconta qu'après seulement quelques jours de navigation, un dauphin commença à les suivre. Chaque soir le dauphin chantait et dansait autour du navire, et chaque jour il les suivait.

Puis après deux mois de voyage...
Le vieil homme posa l'ancre. Il descendit du cordage, et embarqua sur le dos du dauphin, laissant le gamin seul. Le dauphin plongea et on ne revit jamais l'homme.

Le gamin tourna en rond avec le voilier des semaines, que dis-je.. des mois. Dans l'espoir de retrouver le corps flottant du vieillard. Mais tout ce qu'il vu, fut un bébé dauphin. Avec le haut du corps d'un homme.
Puis il rentra, croyant être fou et raconta cette histoire.


Personne n'a jamais revu cette créature.

-Meeow, amuseur de la Caravane
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les légendes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les légendes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Crypte Onyte :: La grande table :: Le coin des ragots-
Sauter vers: